Tourisme Haute-Mauricie

Le client

Tourisme Haute-Mauricie

La Tuque lance une invitation à tous les aventuriers

L’été 2020 se passe inévitablement au Québec. De ce fait, toutes les régions ont déployé leurs ressources pour attirer les touristes locaux. La ville de La Tuque ne fait pas exception et souhaitait déployer une campagne touristique estivale qui pourrait la différencier pour vrai des autres régions. Fière de son caractère naturel vrai et sauvage, la ville souhaitait piquer la curiosité des amateurs de plein air, des amoureux du grand air, mais surtout, de ceux qui veulent vivre le dehors de façon brute.

L'insight

Ce qu'on a découvert

Les destinations touristiques vendent du rêve. Malheureusement, elles n’offrent pas souvent le degré d’aventure qu’elles promettent. « L’expérience touristique est donc souvent remplie de clichés que les touristes à la recherche d’aventure ne souhaitent pas vivre », affirme Louis Morissette, stratège.

La stratégie

La stratégie

La région de La Tuque est un secret bien gardé des vacanciers. Ceux qui savent le savent, et y reviennent. Par contre, ce n’est pas une destination facile. La nature y est dense, vaste et brute. Profiter de La Tuque, c’est en quelque sorte un défi que les vrais aventuriers relèvent chaque année, en en demandant toujours plus.

La stratégie était claire : faire de La Tuque un hybride entre une destination et un défi pour les VRAIS aventuriers touristiques.

La campagne

Les aventuriers touristiques ont des ambitions différentes des autres touristes en ce qui a trait à leurs vacances. En fait, ils voient les choses de manière complètement différente des autres. La campagne exploite donc la perspective de l’aventurier, en montrant La Tuque à travers ses yeux. La région qui impressionne par sa nature sauvage est mise en valeur par une réalisation brute et une narration au ton dur et sans filtre. Autrement dit, bien à l’opposé de ce que l’industrie touristique connaît. La campagne vivra à travers une série de courtes vidéos diffusées sur les médias sociaux.

Plus d'études de cas